temps forts du 06 juin 2016

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 8:57

Jack Port, citoyen d’honneur de Terre et Marais



72e D-Day
Samedi matin, Jack Port, 94 ans, a été nommé citoyen d’honneur de la commune.« Le premier à recevoir une telle distinction. » Depuis six ans, Jack Port revient, chaque année, aux différentes cérémonies dans la région. Il était d’ailleurs présent en 2011, lors de l’inauguration de la stèle de la Roserie dédiée aux combattants de la 83e Division. Fusilier dans le 2 Bataillon de la 4e Division, sous le commandement du Major O’Malley, Jack Port a combattu, à Sainteny, du 7 au 16 juillet 1944.« La guerre, c’est terrible. Nous étions honorés de participer car nous pensions faire lae dernière des guerres ! » a-t-il déclaré sans oublier« le major O’Malley qui a donné sa vie pour une grande cause ce qui fait de lui un grand homme ».



Article issu de l'édition de Normandie du dimanche 5 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 8:58

Pour revivre la bataille à la batterie de Crisbecq



72e D-Day
« Achtung ! Amerikaner ! » Sous les yeux d’une centaine de spectateurs, les Allemands joués par les bénévoles de l’association de reconstitution historique militaire Les Lufteaux paniquaient, hier après-midi, en voyant arriver les Américains. Leur champ de bataille, durant tout ce week-end de célébration du 72e anniversaire du Débarquement, n’est autre que la Batterie de Crisbecq, à Saint-Marcoufde-l’Isle. Blindés, fumigènes, brancards, coups de feu ou encore grenades (factices, il va sans dire) : tout est là pour créer l’illusion et donner une idée de ce à quoi pouvait ressembler la guerre. Car c’est une véritable pièce de théâtre qui se déroule sous les yeux des petits et des grands pendant une demi-heure.

Dimanche 5 et lundi 6 juin
, à 14 h et 17 h, Crisbecq Attack ! à la batterie de Saint-Marcouf-de-l’Isle, route des Manoirs. 10 € (adulte) et 7 € (enfant). Rens. 06 68 41 09 04 ou 09 82 57 61 92. En vidéo surouest-france.fr



Article issu de l'édition de Normandie du dimanche 5 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 8:58

[size=38]La ville s’anime en attendant le grand parachutage[/size]

72e D-Day. Hier, l’ambiance est montée progressivement dans la cité historique, en attendant les cérémonies de ce dimanche.

Ils sont arrivés timidement au cours de la matinée puis en vaguelettes, pour finalement envahir la place du 6-Juin, samedi. Les commerçants étaient inquiets, en invoquant« les accès bloqués » du bourg. D’autres regrettaient« l’interdiction faite aux collectionneurs de stationner en ville », procès-verbal à l’appui. Programme des réjouissances dans tout le secteur en mains, les flâneurs vont et viennent dans la rue Eisenhower. Finalement, l’attention est montée d’un cran vers midi, avec l’arrivée des 300 coureurs de la Randonnée de la voie de la liberté, après un détour par La Fière. Cinq nations étaient représentées : la Belgique, la GrandeBretagne, l’Italie, les États-Unis et la France. Pendant ce temps-là, l’Airborne muséum est sur le pied de guerre dans l’attente de l’arrivée de six généraux de l’armée américaine, dont le chef d’état-major de l’armée de Terre. Pas de problème pour les véhicules militaires de collection autorisés, blindés et half-track, exposés juste en face, qui rencontrent toujours un vif succès auprès du public. Puis des voix se font entendre, celles du quintet vocal de la 82e Airborne, interprétant avec brio le succès de Ben E. King, Stand-by me . Les 500 places prévues pour le pique-nique du Normandy Day sont prises d’assaut. C’est bien parti pour le reste de journée qui se terminera tard par un feu d’artifice. En attendant la grande foule ce dimanche pour le parachutage au-dessus de la Fière et le retour en ville toujours très attendu des parachutistes



Article issu de l'édition de Normandie du dimanche 5 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 8:59

La fille du pilote William Henry Stonebanks se recueille



72e D-Day
Samedi matin, Ann Stonebanks s’est recueillie pour la première fois sur la tombe de son père, William Henry Stonebanks, pilote britannique décédé à 29 ans, au matin du 6 juin 1944. Elle n’avait que sept mois.« Nous nous souvenons du sacrifice des jeunes aviateurs britanniques, a souligné Marie-Louise Besson, maire de Brucourt.Nous disons à Ann Stonebanks combien nous sommes reconnaissants envers son père et tous les soldats anglais. » Accompagnée de son mari et son cousin Robert Garett, elle a découvert le lieu où son père repose auprès de cinq de ses camarades de combat. Le 6 juin 1944, à 3 h 30, leur planeur Horsa avait violemment heurté des arbres au milieu des marais inondés. Quatre soldats avaient été tués sur le coup dont le sergent Stonebanks. Deux autres avaient été abattus alors qu’ils partaient chercher des secours.



Article issu de l'édition de Normandie du dimanche 5 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 9:00

Les coquelicots du souvenir ont fleuri les tombes



72e D-Day
Le coquelicot est le symbole des soldats du Commonwealth tombés au combat. 72 ans après le Jour J, cette fleur continue de fleurir leurs tombes. D’après Gérard Mary, vice-président de DDay-Overlord,« 27 142 ont été référencées dans toute la Normandie ». Toutes les tombes de Ranville n’appartiennent pas à la Communauté des Nations, mais elles continuent d’y pousser.« On en compte plus de 2 600, un nombre croissant puisque certains vétérans britanniques souhaitent y être inhumés », explique Jean-Luc Adélaïde, maire de la première commune libérée de France métropolitaine. Ranville est le 2e plus important cimetière britannique en Normandie après Bayeux. Plus de 2 150 soldats britanniques y reposent, ainsi que 76 Canadiens, 5 Français, 322 Allemands et quelques inconnus. La présence des 25 élèves du lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine a beaucoup ému Roger Thorn, président de la Royal British Legion Paris. Gérard Mary de conclure :« Les soldats dont nous saluons la mémoire étaient à peine plus âgés qu’eux. »



Article issu de l'édition de Normandie du dimanche 5 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 9:00

Hommageaux32soldatsanglaismorts dans la commune



72e D-Day
Les habitants ont rendu hommage aux 32 soldats anglais qui reposent dans le cimetière. Près de l’endroit où ils sont tombés, en août 1944, lors de violents combats.« Leur sacrifice rappelle le prix à payer pour ramener la démocratie et la liberté, a rappelé Alain Asmant.Nous avons un grand respect pour leur courage, leur persévérance et leur bravoure. » Et s’adressant aux vétérans :« Vous avez côtoyé la mort chaque jour et chaque nuit pour défendre les valeurs de notre République. »



Article issu de l'édition de Normandie du dimanche 5 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 9:01

avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 9:01

Pegasus Bridge : l’équipe du film en repérage



Le projet
Les rues et l’atmosphère de Bénouville, il commence à la connaître. Mais rien de tel que le début du mois de juin pour s’imprégner encore plus de son sujet. Le réalisateur britannique, Lance Steen Anthony Nielson travaille depuis un an déjà sur Pegasus Bridge, the movie , un long-métrage dont l’action se base sur l’exploit des parachutistes de sa Royale Majesté qui ont pris le pont de Bénouville, le 6 juin 1944.« 60 % de l’action se situera du côté britannique, 20 % du côté allemand et 20 % du côté français », explique le réalisateur. Le scénario exige la présence à l’écran de 76 acteurs et 275 figurants. Pour le moment, le film est encore au stade de la préproduction.« Nous avons seulement tourné deux minutes, pour présenter le projet aux potentiels financeurs. Certaines de ces premières scènes seront reprises à l’écran. » Lance Steen Anthony Nielson en appelle d’ailleurs aux entreprises françaises et plus spécialement normandes qui aimeraient apparaître au générique… en échange d’un soutien financier.



Article issu de l'édition de Normandie du dimanche 5 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique
avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 9:02

L’hommage du petit-fils de Montgomery aux combattants



72e D-Day
Samedi matin, devant la statue de « Monty », vétérans britanniques et français, élus et habitants étaient réunis pour une cérémonie chaleureuse et fervente en présence du petit-fils du maréchal Montgomery, Henry. Celui-ci a tenu à exprimer sa reconnaissance à tous les soldats, disparus ou survivants, qui ont participé à la Libération.« Nous devons nous souvenir à quel prix a été conquise la liberté dont nous profitons maintenant. » En découvrant la statue qu’il voyait pour la première fois, et qu’il a trouvée très expressive, il a confié :« Mon grand-père était vraiment très populaire quand j’étais enfant, j’étais impressionné. J’avais conscience que c’était un héros. Je préférais le voir dans le cadre familial. Il était gentil, affectueux et avait beaucoup d’humour. Lui-même considérait comme un privilège d’avoir survécu aux combats et de pouvoir profiter de sa famille. »



Article issu de l'édition de Normandie du dimanche 5 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 9:02

[size=38]La cité attend la foule pour créer l’étincelle[/size]

72e D-Day. Les festivités du 72e anniversaire du Débarquement ont commencé devant un public clairsemé. Inhabituel dans la cité historique.



Reportage
« C’est un peu particulier cette année, concède Orlane Godin, hôtesse d’accueil à l’office de tourisme.On a senti un léger mieux, hier, mais pas suffisamment pour créer l’étincelle. Les gens ont eu peur des restrictions d’essence. » Il est à peine 13 h, ce samedi. Sur la place du 6-Juin, Miss Paramount, vêtue d’une robe froufroutante, fait son show. Édith Piaf succède à Marilyn Monroe. Les premières notes de La Foule résonnent. Trois couples entrent dans la valse. L’ambiance peine à décoller. Même le soleil économise ses rayons. Dans la rue commerçante, les terrasses sont loin d’être bondées.« Entre les grèves et les attentats, on a tout contre nous », soupire un restaurateur. Les touristes déambulent en grappes. Moins nombreux que les années précédentes, les collectionneurs de véhicules militaires suscitent toujours l’intérêt. On se bouscule pour se faire photographier devant. Sur scène, le Costarmoricain JeanMarie Thomas ressuscite le répertoire de l’USO Camp Shows, créé à Broadway, en 1939, pour divertir les troupes américaines, à l’étranger. Les rangs se sont garnis mais il faut tout l’abattage de l’artiste confirmé pour dérider l’atmosphère. La chanson populaire The Yellow Rose of Texas finit par emporter les spectateurs, anglo-saxons pour la plupart. Les mains claquent en rythme. Le ciel nuageux s’entrouvre pour laisser passer le soleil. Un couple valse sur « La Foule » d’Edith Piaf, interprétée par Miss Paramount.



Article issu de l'édition de Normandie du dimanche 5 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 9:03

[size=38]D-Day : « Je n’en ai pas parlé jusqu’à mes 82 ans »[/size]

72e D-Day. À Bretteville-l’Orgueilleuse, Charles Norman Shay, vétéran infirmier américain qui a participé au Débarquement, revient sur ces événements douloureux. Lire aussi page France.



Entretien
Charles Norman Shay, mier américain. vétéran infir

Que ressentez-vous en revenant sur les lieux du Débarquement, 72 ans après ?
C’est très émouvant. C’est en 2009 que j’ai participé pour la première fois aux cérémonies commémoratives. J’ai été très impressionné. Mais il n’y a pas que du plaisir, dans ces moments-là.

C’est encore difficile d’en parler ?
Oui, je n’en ai pas parlé jusqu’à mes 82 ans. À personne, ni à ma femme, ni à mon fils. Ce sont des amis, Harald Prins et Bunny McBride, anthropologues, qui m’ont poussé à raconter mon histoire. Je l’ai écrite, en retraçant mes souvenirs dans un livre, qui est une longue lettre à ma défunte femme, Project Omaha Beach .

Aujourd’hui, vous rendez un hommage particulier à un ami.
Je vais lire une lettre au cimetière américain de Colleville-sur-Mer, où Edward Morocewitz repose. Le 6 juin, alors que j’essayais de sauver des soldats blessés, je l’ai vu sur la plage. Il faisait également partie du corps médical. Il avait une grosse plaie à l’estomac, il saignait beaucoup. Je lui ai injecté de la morphine, pour qu’il ne souffre pas trop. Et on s’est dit au revoir.

Vous organisez aussi une cérémonie d’hommage amérindienne.
J’irai à l’endroit exact où j’ai débarqué, à 6 h 30, lundi, sur ce petit bout de plage où j’ai soigné des blessés. Je sens que ceux qui sont tombés sur cette plage sont encore là. Je vais allumer un feu, brûler de la sauge, et me purifier l’âme et le corps avec la fumée. Puis je rappellerai les morts avec des prières, m’orientant vers les quatre points cardinaux, pensant aussi à mes ancêtres.

Quel message voulez-vous faire passer ?
À travers mes croyances, et ces rituels de la tribu Penobscot à laquelle j’appartiens, je veux les remercier de ce qu’ils ont fait pour l’Europe. Tous, pas seulement les Amérindiens, même s’ils sont le plus gros pourcentage d’un groupe ethnique ayant participé à la Seconde Guerre mondiale.

Propos recueillis par Daphné CAGNARD.



Article issu de l'édition de Normandie du dimanche 5 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 9:04

[size=38]Un souvenir toujours vif sur le sable d’Utah Beach[/size]

72e D-Day. Cette année, la cérémonie commémorative d’Utah Beach (Manche) s’est déroulée le 4 juin. Un vétéran américain a témoigné de son affection pour les Normands.

C’était l’effervescence, hier, dans le bourg de Sainte-Marie-du-Mont. De vieilles jeeps croisent des campingcars, les reconstituteurs de tous pays papotent sous les arbres de la place de l’Eglise. Six km à l’Est, ce sont des vrais vétérans qui ont assisté à la 72e cérémonie commémorative d’Utah Beach, là où débarquèrent les Américains, le 6 juin 44. Carver Mc Griffin, devenu pasteur, a pris la parole en leur nom.« Nous n’étions que des gamins, à peine sortis du lycée, quelques-uns en première année de fac. » Il a débarqué le 9 juin à Utah Beach, comme soldat de réserve.« Nous étions trempés jusqu’aux os. Et j’ai vu le premier mort, c’était un para américain. » Placé dans une unité de mitrailleurs, il se souvient de la pluie et de la boue.« On connaissait tous la technique pour s’endormir sur commande. » Le 7 juillet 44, il sera blessé dans la bataille du Mont-Castre, au lieu-dit Beaucoudray, dans la commune du Plessis-Latelle. Aujourd’hui, Carver Mc Griffin, est un personnage incontournable des échanges entre Américains et Normands. Il compte plusieurs amitiés solides dans la Manche et il a dit toute son affection pour les Normands.« J’ai souvent visité la Normandie et j’y ai rencontré tant de belles personnes. Les gens d’ici ont illuminé nos vies. Grâce à vous, je sais que l’honnêteté, la gentillesse et le respect de l’autre sont des valeurs communes. » Il mène également des visites pour ses compatriotes, et va se recueillir régulièrement dans les cimetières américains mais aussi allemands.

Attaché au 6 juin

Charles de Vallavieille, adjoint au maire et responsable du musée municipal du Débarquement dUtah Beach, connaît l’importance de ces liens.« Les gens viennent pour écouter les témoignages des vétérans », indique-t-il. Pour l’avenir, quand les vétérans auront disparu, il sait que la mémoire ne s’éteindra pas pour autant.« Leurs enfants, ou petits-enfants, y sont très attachés. J’ai confiance dans l’avenir et les jeunes générations. Et il y a encore des choses à apprendre sur l’histoire du Débarquement. » Il confesse aussi son attachement à la valeur symbolique du 6 juin. Cette année, pour des raisons de calendrier chargé, la cérémonie a eu lieu un 4 juin.« Il a fait beau, c’est bien comme cela, mais c’est exceptionnel. Je tiens à ce que la cérémonie se déroule le 6 juin, ou le 5 au soir. »

Christophe LECONTE.

Lire aussi page 11



Article issu de l'édition de Normandie du dimanche 5 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 9:04

C’est le nombre de vétérans américains qui ont assisté, hier, à la cérémonie commémorative du Débarquement à Utah Beach (Manche).

J’ai découvert la réalité du débarquement en voyant le film Le soldat Ryan . Avant je ne l’avais jamais appris. Les commémorations sont importantes parce qu’elles permettent de transmettre la mémoire et se souvenir de ceux qui se sont battus pour notre indépendance et notre liberté.

Citad’elles



Article issu de l'édition de Normandie du dimanche 5 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 9:05

[size=38]Moi, Charles Norman Shay, rescapé de l’enfer[/size]



Profil
C’est avec difficulté que Charles Norman Shay, 91 ans, l’un des derniers vétérans infirmiers américains, parle de cette nuit du 5 au 6 juin 1944. Ses souvenirs sont intacts, mais douloureux.« J’ai dû rejeter ces événements pour pouvoir m’en sortir », souffle-t-il. Durant six décennies, il a tu son rôle pendant le Débarquement. Ce n’est qu’en 2007 qu’il est revenu pour la première fois à Omaha Beach, dans le Calvados, poussé par des amis. Au printemps 1943, ce jeune Amérindien, issu de la tribu des Penobscot, décide d’intégrer l’armée américaine. Il y devient infirmier militaire de combat, dans le 1er régiment d’infanterie. Lors du Débarquement, il n’a pas encore vingt ans.« Je me souviens de cette grande confusion, explique-t-il.La plupart des hommes du front sont morts tout de suite. J’ai vu qu’une partie de la plage était moins exposée, j’y suis allé. » Pendant toute la journée du 6 juin, il essaie de mettre à l’abri et d’offrir les premiers soins à ses frères d’armes.« J’entendais les balles siffler. J’ai vu tellement de morts. J’ai fait du mieux que j’ai pu, je suis sûr d’avoir sauvé quelques hommes. » La guerre suit son cours, Charles Shay participe aux batailles d’Aix-laChapelle et des Ardennes, puis est fait prisonnier en Allemagne. En avril 1945, des troupes américaines le délivrent.« Aujourd’hui encore, je ne sais pas comment j’ai fait pour en réchapper. »

Daphné CAGNARD.

•L’itinéraire de Charles Shay a inspiré Harald Prins qui a publié, en 2012, aux États-Unis, From Indian Island to Omaha Beach : The Story of Charles Shay, Penobscot Indian War Hero, 176 pages, chez Tilbury House Pub.



Article issu de l'édition de Normandie du dimanche 5 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 9:05

[size=38]L’effet 6 Juin ne s’essouffle pas en Normandie[/size]

72e D-Day. Pendant longtemps, le tourisme du Débarquement a surfé sur le coup d’éclairage international des anniversaires décennaux. Désormais, la Normandie se mobilise tous les ans.



Anniversaire
1984 marque un tournant dans l’histoire des commémorations du Débarquement en Normandie. La première fois où plusieurs chefs d’État se réunissent sur les plages. Au premier rang, Ronald Reagan et François Mitterrand. Pour Jean Quellien, spécialiste de la Bataille de Normandie,« les commémorations deviennent alors un accélérateur du tourisme de mémoire, avec l’impact croissant des grands anniversaires ». Jusqu’au 70e anniversaire de 2014, ce mouvement s’est confirmé.« Les dernières commémorations décennales largement répercutées par les médias nationaux et internationaux ont attiré les regards du monde entier sur la Normandie », poursuit l’historien.

Besoin de comprendre

Mais l’effet 6-Juin se diffuse aujourd’hui au-delà des années en 4. La preuve encore cette année avec la multitude des animations, rassemblements organisés pendant une semaine. Un vrai changement. Pendant longtemps, ces années intermédiaires se résumaient à quelques cérémonies et dépôts de gerbe. Stéphane Grimaldi, directeur du Mémorial de Caen, y voit l’expression du« passage de la mémoire à l’histoire. Avec la disparition des contemporains du 6 juin, nous assistons à une inflation mémorielle. Une façon de conjurer la disparition des vétérans ». Le directeur du musée observe une« véritable demande du public. Nous, opérateurs du tourisme historique, nous proposons et le public répond présent. Il y a un besoin de comprendre, de commémorer et de s’approprier cet événement ». Une évolution confirmée par Jean Quellien :« Le Débarquement et la Seconde Guerre mondiale en général restent des sujets prisés de toutes les générations ». L’action de la filière du tourisme historique en Normandie explique aussi pourquoi le soufflé ne retombe plus. Avec l’exemple du D-Day festival né en 2007.« Le 60e anniversaire de 2004 avait confirmé que ce tourisme de mémoire était vital pour la Normandie, raconte Didier Llorca, directeur de l’office de tourisme de Bayeux intercom.Mais, il n’était plus possible de fonctionner avec un seul gros coup d’éclairage, une fois tous les dix ans. Le mois de juin 2005 nous avait semblé bien vide ».

130 rendez-vous

D’où l’idée d’utiliser les outils de la communication événementielle.« Le D-Day festival a pour objectif de fédérer toutes les manifestations festives, culturelles autour du 6 juin .Nous avons commencé pour le secteur du Bessin. Aujourd’hui, il concerne tout le littoral des plages du Débarquement, de la Manche au Calvados ». Et ça fonctionne avec un effet catalyseur. En 2016, le D-Day festival propose 130 rendez-vous contre 80 l’an dernier. Pour Didier Llorca,« une offre d’événements doit être proposée chaque année afin de créer un réflexe. Un peu, à l’image de la Fête de la musique. Tous les ans, on sait qu’il y aura quelque chose à faire ».

Jean-Christophe LALAY.



Article issu de l'édition de Normandie du dimanche 5 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 9:06

[size=38]Une pluie de paras attendue sur La Fière demain[/size]

72e D-Day. Dimanche, parachutistes américains, allemands et français débarquent dans les marais du Cotentin. Un hommage qui sera cette année aux couleurs du Tour de France.



Histoire
Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, le 505e régiment d’infanterie de parachutistes de la 82e Airborne saute sur la « drop zone 0 » à 3 km à l’ouest de Sainte-Mère-Eglise. Sa mission : couper la presqu’île du Cotentin en maîtrisant les ponts du marais de la Fière et de Chef-du-Pont.

700 parachutistes
Dimanche, 300 soldats américains, environ 70 Allemands, et quelques Français seront parachutés sur les marais du Cotentin. Pour les Américains, sauter en Normandie« est une récompense pour les meilleurs soldats », explique Lindsay, major venu d’Alaska. Les parachutages historiques seront faits par les clubs américains du Liberty jump et du Round canopy parachut team avec d’authentiques avions C-47. Le site de La Fière est mythique aux États-Unis. Une drop zone de Fort Bragg, siège de la 82 Airborne, division qui s’est distinguée lors du débarquement en Normandie, porte le nom de Sainte-MèreÉglise.e

Clin d’œil au Tour de France
L’Association des amis des vétérans américains va faire un clin d’œil au Tour de France qui arrivera à Utah Beach le samedi 2 juillet. Après les sauts, les soldats américains vont réaliser un parachute de fleurs de couleur jaune, celle du maillot du vainqueur du Tour, données par cinquante enfants de la région. Conçu dans un endroit un peu à l’écart du site, le parachute de tournesols artificiels sera replanté à côté du monument Iron Mike. Il sera ainsi bien visible lors de la retransmission du Tour, avec des images aériennes en hommage aux 254 soldats morts sur ces lieux.

Parkings dédiés
Pour profiter du spectacle, attention au transport. Des parkings sont prévus tout autour du site. Il faut compter jusqu’à 45 minutes de marche pour les parkings les plus éloignés. Les routes étant étroites, les véhicules s’engageant dans ces parkings seront immobilisés jusqu’au moment où le sens de circulation sera inversé, en fin d’après-midi.

Julie CATEAU.



Article issu de l'édition de Avranches du samedi 4 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 9:07

[size=38]Une comédie musicale sur la Libération[/size]



L’histoire
Notre-Dame de Paris ,La Belle et la Bête ,Le Roi Lion … L’effet « Broadway » gagne la France depuis plusieurs années. Avec Un été 44, l agrande Histoire se fraye une place dans ce foisonnement.« Ce ne pouvait être un spectacle uniquement sur l’histoire du Débarquement, rappelle Érick Benzi, producteur de Jean-Jacques Goldman et Céline Dion.On a préféré raconter la Bataille de Normandie vue par les anonymes » , qui ne figurent pas dans les livres. Un casting quatre étoiles a permis de monter cette comédie musicale : Goldman, Aznavour, Le Forestier, Duteil, Chamfort… Tous ces grands noms se sont prêtés au jeu de l’écriture. Les six chanteurs, eux, sont anonymes. Durant 25 morceaux, le show revisite les formats classiques des comédies musicales, avec clips vidéo et images d’archives en fond d’écran. Ce spectacle imaginé il y a quatre ans avec Serge Langeois, codirecteur du Zénith de Caen, Sylvain Lebel le résume ainsi :« C’est le projet de toute une vie. Un projet que je porte en moi probablement depuis ma naissance. Je suis né sur les plages du Débarquement » , image l’ancien parolier de Sabine Paturel, originaire de Douvres-la-Délivrande. Un historien du Mémorial de Caen s’est aussi prêté au jeu.« Si les textes sont romancés, ils sont inspirés d histoires vraies, pose Érick Benzi.Nous ne sommes pas dans un cours d histoire, mais ce n’est pas que du divertissement. » Le projet a pris du muscle au fil des ans. Il est produit par Valéry Zeitoun, l’homme qui a monté l’opération « Vieilles canailles » avec le trio Johnny-Dutronc-Mitchell. Un CD sort en octobre chez Wagram. Le spectacle sera à l’affiche quatre mois à Paris à partir du 4 novembre. Une tournée des Zénith est prévue dans la foulée au printemps. En attendant, il est présenté en version « showcase » sur les terres du Débarquement, avec une première lundi au Mémorial.

Raphaël FRESNAIS.



Le 6 juin
, à Caen, le8à Évreux, le 9 au Havre, le10 à Argentan, le30 à Sainte-Mère-Église. Uniquement sur invitation.



Article issu de l'édition de Avranches du samedi 4 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 9:07

[size=38]Carentan honore les vétérans du Débarquement[/size]

Hier, la Ville de Carentan a organisé une journée de cérémonies en hommage aux vétérans qui ont débarqué à Utah Beach. Des parachutes, des médaillés et beaucoup d’émotions.



Reportage
«Je suis là parce que sans eux, je ne serai pas libre aujourd’hui », lance un jeune homme. Dans les marais de Carentan, ce vendredi 3 juin, se mêlent ambiance de fête et recueillement. De nombreux curieux sont venus assister aux célébrations du 72e anniversaire du Débarquement. Il y a des familles, des gens venus seuls, des jeunes et des personnes d’un certain âge. Des jeeps et des personnages déguisés. Les parachutistes se font attendre.

Parachutistes largués en deux parades

Sur la base de Maupertus, le plafond de nuages est à 100 m, trop bas. Les habitués craignent que le parachutage soit annulé. Il fait froid. Avec une heure de retard, le T-6 de reconnaissance et deux C-47 finissent par apparaître derrière le château d’eau. Les cinquante-deux parachutistes sont largués en deux parades sur la Purple heart lane , surnom donné par les Américains pour les nombreux soldats qui ont trouvé la mort sur ce champ de bataille. Le Purple heart, aux États-Unis ,c’est une décoration militaire décernée pour blessures au combat. «Je viens tous les ans mais c’est chaque fois le même émerveillement », confie cette femme du Calvados. Il y a aussi de nombreux touristes.« C’était important de venir une fois pour voir. On reste attachés à l’Histoire », racontent ces jeunes hollandais venus spécialement pour l’occasion. On croise des vétérans et c’est l’excitation générale. Chacun veut être pris en photo, vient déposer un baiser de gratitude sur leurs joues tannées par le temps. Un enfant de nationalité anglaise n’ose pas s’approcher de Dennys Thomson, pilote qui a bombardé Lisieux.« Trop impressionné ! », raconte sa mère. Helen Womer est la fille de Jack Womer, un ancien de la célèbre Filthy Thirteen, dont l’histoire a inspiré Inglorious bastards et les Douze salopards .« C’était un bataillon d’élite. On les appelait comme ça parce qu’ils faisaient des missions périlleuses, ils étaient sales. Mon père a sauté ici. Il est mort il y a trois ans. C’est un honneur d’être là », raconte-t-elle. Puis, c’est la cérémonie officielle au Carré de choux. Une centaine de militaires américains et allemands sont là avec des pompiers du centre de secours de Carentan et les porte-drapeaux. Dépôts de gerbes de fleurs et discours des officiels s’enchaînent, traduits en anglais et en allemand. Philippe Bas, sénateur de la Manche rappelle que« le Carré de choux où nous sommes a été une bataille majeure, au corps à corps. Ces hommes étaient des héros. Nous avons envers eux une dette perpétuelle. La paix, la liberté, la réconciliation entre les nations d’Europe, c’est à eux qu’on les doit. » Alors que les militaires partent défiler vers le centre-ville, les quatre médaillés restent sur leur chaise, un peu hébétés. Ils goûtent les témoignages d’affection de gens qui ne veulent pas partir.

Julie CATEAU.



Article issu de l'édition de Avranches du samedi 4 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Lun 6 Juin - 9:08

Memorial Day : participer au devoir de mémoire

Les cérémonies du Memorial Day se sont déroulées, mardi soir, sur le site de la Petite chapelle, haut lieu des combats pour la libération de la ville en 1944, là même où sont érigées les deux stèles en mémoire des GI tués au combat, celle de la 30e Division d’infanterie américaine Old Hickory et celle de la 35e division Santa Fé. En présence des autorités locales, des porte-drapeaux et anciens combattants, en présence du Général Patrick Pondaven et de Colleen et James Sobieski, de Portland en Orégon, neveu d’un combattant tué à saint-Barthélémy, en 1944, et enterré au cimetière américain de SaintJames, Hervé Desserouer, maire de Mortain-Bocage a rappelé le combat du« bataillon perdu » et de la côte 314, à Mortain.« Le bataillon perdu est le symbole de l’accomplissement du devoir poussé jusqu’au sacrifice ultime de sa vie. Les pensées des Mortainais vont aux familles de ces combattants tombés dans ce coin de France qui restera à jamais une terre de souvenir dédiée à leur courage, a déclaré le maire.Je suis certain d’une chose, c’est qu’il nous faut participer sans relâche à ce devoir de mémoire, des hommes et des femmes sont morts pour notre liberté, nous ne devons pas les oublier », a-t-il ajouté. Un dépôt de gerbes au pied des stèles des combattants américains et les sonneries d’usage ont ponctué cette cérémonie simple et émouvante.



Article issu de l'édition de Avranches du samedi 4 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Merci !

Message par Malignon le Lun 6 Juin - 14:36

Bonjour à tous ! 

Je tiens à remercier l'aide de César84 ainsi que   de sont soutien pour ces renseignements très instructif, au jours  le Jours,   Merci à Toi !

Yves
avatar
Malignon

Messages : 75
Date d'inscription : 08/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Mar 7 Juin - 9:13

[size=38]Des énigmes dans les épaves du D-Day[/size]

Elles sont des centaines à tapisser le sable, à quelques encablures des côtes normandes où débarquèrent plus de 130 000 soldats alliés, le 6 juin 1944 : les épaves sous-marines sont des vestiges peu connus de cette période clé de l’Histoire.« On trouve des barges de débarquement, des porte-chars, des destroyers, des routes flottantes , liste Richard Farizon, président du comité départemental du Calvados de la Fédération de sports sous-marins.Mais aussi des chars censés être amphibies, mis à l’eau à deux milles du rivage (3,5 km)et dont 80 % ont coulé ! Il y a aussi des sous-marins allemands, mais assez loin en mer. » Passionné d’histoire, Richard a imaginé, avec deux autres plongeurs, un jeu de piste pour faire connaître ces traces englouties.« C’est inspiré du geocaching (loisir qui consiste à trouver des caches d’après leur position GPS)mais on parle ici de subcaching car ça se passe sous l’eau. On l’a appelé Enigma . » Du nom d’une machine servant à crypter les communications durant la Seconde Guerre mondiale. Le principe ?« Être licencié de la Fédération française d’études et de sports sous-marins et s’inscrire, sur notre site Internet, par équipe de deux à cinq personnes, avec au moins une femme. C’est gratuit. » Les gens reçoivent à partir d’aujourd’hui, date anniversaire du Débarquement, un courriel avec quatre énigmes, leur indiquant quatre épaves. Sous l’eau,« ils découvriront un indice, noté sur une plaquette. Ils devront renvoyer les quatre indices aux organisateurs. Nous les vérifierons et renverrons l’énigme finale, qui mène vers une cinquième et dernière épave. » Enigma est ouvert aux plongeurs de toute la France. L’équipe la plus rapide à découvrir les indices sera dévoilée le 5 novembre. Il y a des ouvrages historiques et des accessoires à gagner.« Mais surtout l’excitation de plonger littéralement dans l’Histoire. »

Laurent NEVEU.

Inscription sur www.ffessm-codep14.fr (onglet Enigma ). Jusqu’au 1er septembre. Fin du jeu le 1er novembre.



Article issu de l'édition de Avranches du lundi 6 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Mar 7 Juin - 9:14

[size=38]Trois jours de D-Day vigoureux dans les marais[/size]

Dans les marais de la Fière, on commémorait, hier, le jour du Débarquement. Une cérémonie qui, malgré les ans, conserve tout son sens.



L’événement
« Le paysage n’a pas changé. C’est comme je me l’imaginais. » Ralph Ticcione est un vétéran. Américain du Wisconsin, c’est la première fois qu’il revient sur les lieux. Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, le 505e régiment d’infanterie de parachutistes de la 82e Airborne saute sur la « drop zone 0 » à 3 km à l’ouest de Sainte-Mère-Église. Leur mission : couper la presqu’île du Cotentin en maîtrisant les ponts du marais de la Fière et de Chef-du-Pont. Ralph Ticcione était technicien radar. Il devait faire la liaison avec son QG pour transmettre la position des avions, des bateaux…« C’était la même météo qu’aujourd’hui.» Gris et nuageux.« J’ai sauté avec seulement mes armes. Mon équipement était transporté par une autre unité. J’ai dû les retrouver, là, dans ces marais. » Incroyable.

Des jeunes concernés

Ralph Ticcione a aujourd’hui 93 ans. Après la guerre, il n’a rien fait pendant six mois« il fallait que je récupère. Puis j’ai trouvé un boulot dans une laiterie. J’en suis devenu le chef. » Pour ce 72e anniversaire, il a été décoré de la Légion d’honneur, au côté du général Nicholson, commandant des troupes de l’Otan en Afghanistan et de Suzanne Eisenhower, la petitefille du général qui planifia l’opération du Débarquement. Il y a moins de monde qu’en 2014 mais beaucoup de jeunes sont là. Ralph Ticcione en est impressionné.« C’est tellement gratifiant. C’est bon. Il n’y a pas ça aux États-Unis. » Alicianne, 24 ans, est venue du Calvados exprès pour la journée.« Je voulais rendre hommage. Il faut le faire une fois dans sa vie. Ces milliers d’hommes sacrifiés, ça me touche. » Il y a aussi des enfants, déjà fascinés par les histoires de guerre. Comme Esteban, 8 ans, qui vient de Cherbourg. Sa mère n’est pas enchantée d’être là« mais je suis contente de lui faire plaisir », raconte-t-elle. Lorain, 10 ans, fait partie des élèves qui vont donner un tournesol artificiel aux soldats pour le clin d’œil au Tour de France.« Je viens tous les ans avec ma famille. J’adore. » Certains regrettent que l’histoire s’éloigne et la conscience des événements avec. À 13 ans, Maarten Vossen a carrément adopté une tombe au cimetière américain de Margraten, aux Pays-Bas. Il a aujourd’hui 27 ans et tenait à revenir dans les marais pour la troisième fois.« On ne doit pas oublier. Les jeunes de mon âge n’ont pas cette conscience. Alors que ces hommes ont eu tellement d’influence sur la paix ! » Même son de cloche pour ce jeune de 21 ans qui vient de Montebourg, à quelques kilomètres de là.« Je fais partie d’un groupe de passionnés. Mais la majorité des gens de mon âge s’en fiche. » Pour Suzanne Eisenhower,« ces cérémonies sont fondamentales. Ce lieu est la base d’une longue alliance entre nos pays. Nous devons continuer. » Un groupe d’amis, quatre Européens, la vingtaine - deux Italiennes, un Allemand et une Anglaise - sont là un peu par hasard.« On s’est rencontrés au Canada et on est venu retrouver notre ami normand. Ça tombe au moment du D-Day, tant mieux. S’il y a tant de gens c’est bien qu’il y a toujours un sens ! », s’exclament-ils. Et s’ils sont réunis, ensemble, en paix, allongés dans l’herbe humide de la Fière, c’est bien un peu grâce à ce Jour J.

Julie CATEAU.



Article issu de l'édition de Avranches du lundi 6 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Mar 7 Juin - 9:14

72e D-day. Toujours beaucoup d’émotions à la Fière

Hier, les marais de la Fière étaient à nouveau envahis de paras pour célébrer le 72e anniversaire du Débarquement. Environ 500 parachutistes, américains, allemands et français ont sauté d’avions militaires. Une quinzaine de vétérans avait fait le voyage malgré leur grand âge. Ralph Ticcione, alors parachutiste technicien radar, a été décoré de la Légion d’honneur. C’était la première fois qu’il revenait.« Les marais n’ont pas changé, c’est comme je me l’imaginais » témoigne-t-il, ému. Suzanne Eisenhower, la petite-fille du général qui planifia le Débarquement a aussi été décorée aux côtés du général Nicholson, commandant des forces de l’OTAN en Afghanistan.



Article issu de l'édition de Avranches du lundi 6 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Mar 7 Juin - 9:15

[size=38]Été 1944, Port-en-Bessin sauve le Débarquement[/size]

72e D-Day. Le port pétrolier a permis d’approvisionner en carburant les armées alliées jusqu’à la libération de Cherbourg. Pour y parvenir, les Alliés ont déployé des trésors d’ingéniosité.



L’histoire
Le port artificiel d’Arromanches reste le vestige le plus emblématique du génie militaire britannique. Pourtant, l’autre défi logistique du Débarquement, et non des moindres, était bien l’approvisionnement en carburant. Dès les premiers jours, les centaines de milliers d’hommes et les dizaines de milliers de véhicules avaient besoin de cet or noir pour progresser. L’histoire a retenu le nom de Pluto, pour Pipe line under the ocean, un innovant oléoduc qui traversait la Manche, entre l’île de Wight et Cherbourg. Toute la planification de Pluto reposait sur la prise du port du Cotentin, prévue le 23 juin. Finalement, Cherbourg ne sera arrachée aux Allemands que le 30 juin et le premier pétrolier ne pourra y accoster que le 25 juillet.« C’est finalement Port-en-Bessin et le Mont Cauvin, dans le Calvados, qui ont sauvé le Débarquement », estime Philippe Bauduin, auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet. Un port pétrolier improvisé, quelques jours après le Débarquement. Situé à 14 km de Gold Beach et à 4 km d’Omaha Beach, Port-enBessin est non seulement le lieu de jonction entre Britanniques et Américains, mais c’est aussi le seul port capable de faire transiter le carburant. Dès 1943, les Alliés décident d’en faire un terminal pétrolier provisoire.

Envoyé jusqu’à Saint-Lô

Arrivés sur la plage d’Asnelles au matin du 6 juin, les 420 hommes du 47 Royal marine commando ont pour mission de libérer Port-en-Bessin. Ce sera chose faite au matin du 8 juin.e Dès le lendemain, les premières installations pétrolières arrivent. Le 16 juin, elles sont opérationnelles. Les Alliés utilisent l’avant-port comme base du terminal. Des petits tankers y accostent et débarquent le carburant. Les plus gros restent au mouillage et transfèrent le carburant à l’aide de pompes, jusqu’aux cuves de stockage, installées au pied de la Tour Vauban. Ce système nommé Tombola permet de débarquer 8 000 tonnes chaque jour. Fin août, 175 000 tonnes de carburant sont ainsi acheminées, avant que l’installation ne soit démantelée en octobre.« Il ne faut pas non plus oublier les installations offshore de SainteHonorine-des-Pertes, souligne Philippe Bauduin.Elles permettaient d’accueillir des pétroliers de plus forts tonnages. » Tout comme le terminal de Port-en-Bessin, elles sont raccordées au Mont Cauvin.« Une colline de 68 mètres, où des cuves ont été installées à la hâte. Elles permettaient d’envoyer le carburant jusqu’à Saint-Lô, simplement par gravité, sans aucun système mécanique. » Un astucieux système qui a permis de compléter les quelque vingt-deux millions de jerricans débarqués en Normandie !

Éric MARIE.



Lundi 6 juin
, commémoration du 72e anniversaire du Débarquement à partir de 15 h 30, sur le port de Porten-Bessin (Calvados).



Article issu de l'édition de Avranches du lundi 6 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par cesar84 le Mar 7 Juin - 9:17

[size=38]Le soldat inconnu de 44 est rentré au pays[/size]

Mort le 6 juin 1944 en Normandie, John Anderson vient d’être enterré aux États-Unis. Pendant 72 ans, on a ignoré son identité.

Fin mai, une petite ville du Midwest américain a rendu un dernier hommage à l’un des siens. Escorté par la police, sirènes hurlantes, le convoi funéraire s’est dirigé vers le cimetière, sous les applaudissements de la foule. 74 ans après avoir quitté sa ville et près de 72 ans après son décès, le soldat John E. Anderson était de retour au pays. Engagé en février 1942, ce marin avait participé aux opérations d’Afrique du Nord, puis au débarquement en Italie. Il est mort le 6 juin 1944, devant Omaha Beach, quand son bateau a été touché par un obus allemand. En janvier 2015, la famille de ce mécanicien de la Navy, né en 1919, a contacté une agence américaine chargée d’identifier les soldats disparus. De nombreuses recherches ont été menées.« Quand les preuves de localisation du soldat ont été avérées, le corps a été exhumé pour une confirmation grâce à l’ADN » ,explique Anaelle Ferrand, de l’American Battle Monument Commission, organisme d’État chargé de la gestion des cimetières militaires. Les échantillons prélevés ont été comparés aux ADN de la sœur du soldat et de son neveu : il s’agissait bien du soldat Anderson.« Le 1er juillet 1944, des corps retrouvés dans la salle des machines d’une barge de débarquement ont été enterrés dans le cimetière temporaire d’Omaha Beach , raconte Anaelle Ferrand.À l’époque, l’armée a été incapable d’identifier les restes d’Anderson. Ils ont ensuite été inhumés au cimetière américain de Colleville-sur-Mer. » À la demande de sa famille, John E. Anderson a été enterré avec les honneurs militaires, le samedi 28 mai au cimetière de Fairview, à Willmar, dans le Minnesota. Son nom restera gravé sur le mur des 1 557 disparus du cimetière de Colleville.« Une rosette de bronze vient d’être placée pour signifier qu’il a été retrouvé. »



Article issu de l'édition de Avranches du lundi 6 juin 2016

Accédez au journal numérique Ouest-France
Découvrez les offres d’abonnement numérique


avatar
cesar84

Messages : 63
Date d'inscription : 10/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: temps forts du 06 juin 2016

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum